Preloader
vanm-ecofriendly-made-in-belgium-brand-fashion-mode-design-ethical-responsable-bresil-sao-paulo-centro-cultural-banco-do-brasil-centre-culturel-museum-credit-unsplash-justus-menke

Déforestation, état des lieux

Agissons !

Le poumon vert de notre planète

Nos forêts sont des éléments vitaux pour notre santé, mais aussi notre économie. Elles représentent le berceau de plus de la moitié des espèces terrestres et correspondent au tiers de notre planète avec un impact direct sur l’air que nous respirons.

Malheureusement, elles sont en danger : malmenées par les hommes, dévastées par les incendies, dégradées par l’agriculture, l’exploitation du bois et la production d’énergie.

Cette mauvaise gestion impacte considérablement ces espaces dans le monde entier, entraînant une augmentation des émissions de carbone, tout en détruisant la biodiversité et les écosystèmes vitaux sans oublier les communautés locales.

Différents constats

Selon WWF, il y a actuellement 24 fronts de déforestation dans le monde, des régions présentant des « points chauds » et où les surfaces de forêts sont fortement menacées. Cela représente une superficie de 710 millions d’hectares dont 10% a été perdu entre 2004 et 2017.

Ces étendues vertes se trouvent majoritairement en Amérique latine, mais également en Afrique Subsaharienne, en Asie du Sud et en Australie orientale.

Selon l’agence des Nations Unies chargée de l’agriculture et de l’alimentation, la surface des forêts par rapport à la surface terrestre mondiale est passée de 31,9% en 2000 à 31,2% en 2020. Presque 100 millions d’hectares ont été perdu en 20 ans et cela ne cesse d’augmenter. La déforestation s’est accélérée en Afrique subsaharienne et dans le Sud-Est de l’Asie ces dix dernières années tandis qu’elle s’est un peu ralentie en Amérique latine et Amérique centrale.

Un constat qui est plus positif et prometteur pour d’autres régions du monde comme l’Europe, l’Amérique du Nord et le reste de l’Asie. En effet, grâce aux efforts réalisés en faveur de la nature, du reboisement et de la restauration des paysages, la surface des forêts de ces régions a pu augmenter. Nous pouvons, par exemple, citer la France dont la surface forestière est passée de 30,7% en 2015 à 31,5% en 2020 ou encore les forêts d’Italie qui occupent 32,5% du territoire au lieu de 31,6% en 2015.

vanm-ecofriendly-made-in-belgium-brand-fashion-mode-design-ethical-responsable-bresil-sao-paulo-centro-cultural-banco-do-brasil-centre-culturel-museum-credit-unsplash-nazarizal-mohammad

Les raisons de la déforestation 

Les principales sources de déforestations sont l’agriculture commerciale, la plantation industrielle, le développement de routes et l’exploitation minière. Ces sources sont plus ou moins présentes et influentes en fonction de la période et de la région d’activité et évoluent en fonction du marché mondial. Nous voyons, par exemple, une forte tendance à l’élevage de bétail et à la production de soja en Amérique latine et une tendance à la production d’huile de palme en Asie.

À noter qu’une nouvelle source de déforestation est apparue ces dernières années : l’exploitation de petits producteurs de matières premières (cacao, maïs, huile de palme, etc.) qui répondent dans la plupart des cas à une demande en hausse des marchés intérieurs.

Il semble tout de même important de citer un acteur important. Effectivement, l’Union Européenne semble être un bon élève au niveau de la reforestation de son territoire, mais celle-ci s’approvisionne dans les terres agricoles de ses voisins bien moins lotis. Les pays qui hébergent ces forêts ne font que répondre à la demande internationale concernant certains produits et l’Union Européenne est un principal acteur importateur pour le café, le soja, l’huile de palme et le cacao. De ce fait, les fronts de déforestations se multiplient de jour en jour.

Aujourd’hui, nos forêts sont éreintées par l’homme qui les coupe ou brûle à des fins d’exploitations et aucune véritable législation n’est mise en œuvre.

vanm-ecofriendly-made-in-belgium-brand-fashion-mode-design-ethical-responsable-bresil-sao-paulo-centro-cultural-banco-do-brasil-centre-culturel-museum-credit-unsplash-maksim-shutov

Les solutions apportées

Face à ces importantes attaques, il semble essentiel d’essayer de rendre un peu de vie à nos forêts.

À l’heure actuelle, la protection de ces lieux repose sur la volonté et le bon vouloir des pouvoirs publics et des entreprises.

Il n’existe aucune réglementation concernant la préservation de ces espaces et aucune loi n’encadre l’agriculture liée aux produits liés à la déforestation.

Des solutions visant à diminuer ces exploitations intensives ont déjà été imaginées comme des actions dépendant des politiques et réglementations nationales ou des initiatives plus privées et communautaires.

Nous retrouvons des solutions comme le déploiement d’aires protégées ou la reconnaissance des droits des terres appartenant aux peuples autochtones et aux communautés locales.

Des approches évolutives sont également mises en place comme : le financement de territoires durables, des systèmes de certification et des standards de traçabilité. Ces réponses ont des effets positifs à court terme, mais pour garantir leur pérennité, elles devraient être soutenues par les politiques et devraient être portées à plus grande échelle.

Un changement de paradigme

Il est temps de réagir, de revaloriser ce que nos forêts peuvent nous offrir. Une mobilisation collective est nécessaire. Tout le monde doit être acteur de demain, que ce soient les pays qui abritent les forêts en danger, mais aussi ceux qui participent à cette déforestation par leurs modes de consommation et de vie.

Il est tout d’abord essentiel d’obtenir une législation de l’Union Européenne et de mobiliser les grandes compagnies afin de modifier le modèle de développement actuel.

Ensuite, protéger les zones menacées, agir de manière responsable en mettant un terme à la déforestation, s’engager à restaurer les forêts dégradées, soutenir des initiatives plus durables, transformer nos habitudes alimentaires, engager les politiques dans la prise en compte des ressources naturelles à protéger, rendre nos économies et finances plus durables sont toutes des pistes pour rendre notre avenir meilleur et plus responsable.

vanm-ecofriendly-made-in-belgium-brand-fashion-mode-design-ethical-responsable-bresil-sao-paulo-centro-cultural-banco-do-brasil-centre-culturel-museum-credit-unsplash-rodrigo-flores

Que retenir ?

Le poumon vert de la planète est donc en danger. Il est temps de réagir. La déforestation a des conséquences dévastatrices concernant le climat et la vie sauvage.

Elle fragmente et fragilise les forêts qui deviennent moins résistantes aux crises climatiques. Il est temps de tout mettre en œuvre pour que les grandes entreprises responsables de la déforestation prennent des mesures en faveur des forêts du monde entier.

C’est aujourd’hui que nous devons nous rendre compte de la catastrophe écologique qui est en train de se produire pour réagir efficacement. L’ONG WWF, a déclaré que « malgré les traités internationaux et les engagements pris par de grandes entreprises, la perte de forêts n’a pas été stoppée ni encore moins inversée. » Il semble donc essentiel d’opérer un véritable changement concernant nos économies, nos systèmes alimentaires, nos finances et notre modèle de développement. Il est essentiel de replacer la nature au cœur de nos préoccupations.

vanm-ecofriendly-made-in-belgium-brand-fashion-mode-design-ethical-responsable-bresil-sao-paulo-centro-cultural-banco-do-brasil-centre-culturel-museum-credit-unsplash-renting

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Close
Close
Sign in
Close
Cart (0)

Votre panier est vide. Votre panier est vide.



Currency
Language