Preloader
vanm-ecofriendly-made-in-belgium-brand-fashion-mode-design-ethical-responsable-bresil-sao-paulo-centro-cultural-banco-do-brasil-centre-culturel-museum-credit-bao-menglong-unsplash

L’aviation du futur, plus écologique ?

Airbus souhaite voler à l’hydrogène en 2035

Depuis le début du 20e siècle, nous utilisons l’avion à des fins commerciales et récréatives. Cette invention a permis de rapprocher les personnes venant des quatre coins du monde. Cependant, les moyens de transport sont aujourd’hui considérés comme polluants et impactant considérablement le climat.

Depuis l’apparition, en 1995, des sommets organisés pour discuter des sujets environnementaux, nous prenons conscience que l’industrie aéronautique se révèle être une source importante de pollution.

Dès lors, les revendications concernant l’impact de ce secteur ont poussé celui-ci à penser à un avenir plus vert.

vanm-ecofriendly-made-in-belgium-brand-fashion-mode-design-ethical-responsable-credit-bertrand-piccard-solarimpulse-solar-impulse-plane-avion-future

L’aviation commerciale représente à peu près 2,5 % des émissions de dioxyde de carbone d’origine humaine sur terre. Un chiffre qui pourrait encore augmenter avec la croissance du trafic aérien. Ainsi, de plus en plus de recherches, d’études et de tests sont réalisés.

Aujourd’hui, un certain nombre d’innovations voient le jour afin de diminuer cet impact et le secteur aérien s’est fixé comme objectif de ne plus émettre d’émission de gaz à effet de serre pour 2050.

Le défi actuel est double : du côté des consommateurs, diminuer les voyages en avion, en privilégiant, par exemple, d’autres transports surtout pour les voyages de courte distance ; et du côté du secteur aérien, radicalement réduire l’impact écologique. Sean Newsum, directeur de la stratégie environnementale chez Boeing, explique que le « défi est de réduire les émissions et de décarboner les avions, pas d’empêcher les gens de voyager. »

Les futurs avions ne pourront plus être alimentés par du kérosène d’origine fossile. Pour cette raison, d’autres solutions doivent être trouvées.

vanm-ecofriendly-made-in-belgium-brand-fashion-mode-design-ethical-responsable-credit-airbus-hydrogen-usine-nouvelle-plane-avion-future

Mais que retrouve-t-on dans l’aviation du futur ?

Des avions supersoniques, solaires ou encore poussés à l’hydrogène avec des ailes plus flexibles et plus longues. Il s’agit d’avions « plus verts », moins lourds et qui demandent moins de carburants. À noter qu’il faut surtout se focaliser sur les avions long-courrier, car les petits avions sont plus légers et consomment moins de carburants que les avions de ligne.

Différents projets en cours de développement

Afin de préserver la mobilité aérienne tout en diminuant son impact écologique, beaucoup de possibilités sont à l’étude comme la bioraffinerie, c’est-à-dire l’utilisation d’un carburant créé à partir de déchets ou encore utilisant l’énergie solaire.

En effet, le Solar Impulse a prouvé que l’on pouvait voler grâce au soleil sans émettre aucune émission de gaz à effet de serre.

D’autre part, certains ingénieurs se focalisent sur la conception de moteurs qui devraient tourner deux fois plus vite et consommer 20 % moins qu’aujourd’hui. Sans oublier que certaines pièces des avions autrefois faites en métal vont être remplacées par des pièces en fibres de carbone pour obtenir une structure plus légère et aérodynamique.

vanm-ecofriendly-made-in-belgium-brand-fashion-mode-design-ethical-responsable-credit-afp-boeing-lecho-plane-avion-future

Le  biomimétisme

Des ingénieurs utilisent les forces de la nature pour concevoir des avions moins friands en énergie en s’inspirant, par exemple, de l’utilisation du vol en V, une technique propre aux oiseaux qui permettrait d’économiser jusqu’à 17 % d’énergie ou encore l’utilisation, lors de la conception des appareils, de la structure des ailerons de requin ou des ailes de rapace pour améliorer la stabilité ou la portance

Mais une réelle révolution est déjà en marche : celle de l’avion à l’hydrogène

En effet, ces avions n’émettraient aucune émission à part de la vapeur d’eau. Le fondateur et PDG de l’entreprise ZeroAvia a déclaré qu’en utilisant l’approche électrique « hydrogène-pile », il y aurait une réduction de plus de 90 % de l’impact climatique venant du secteur aéronautique.

Amanda Simpson, vice-présidente de la recherche et de la technologie chez Airbus America, confirme ses paroles en déclarant « nous sommes convaincus que l’hydrogène est le carburant propre à développer, car il ne s’agit pas seulement de réduire les émissions de CO2, mais de les éliminer ».

vanm-ecofriendly-made-in-belgium-brand-fashion-mode-design-ethical-responsable-credit-airbus-hydrogen-bfm-plane-avion-future

Certains tests d’avions à moteur électrique poussé à l’hydrogène ont déjà été réalisés avec succès, mais seulement sur des vols assez courts.

Malgré tout, le groupe aéronautique Safran, le pionnier en matière de conception et productions de moteurs d’avion, a démontré que l’aviation ne pourra jamais être 100 % électrique surtout pour les vols long-courrier. En effet, les batteries électriques permettant de diminuer la pollution des avions ne seraient pas assez puissantes et trop lourdes pour les vols de plus de 1000 km alors que ce sont ceux qui représentent 80 % des émissions de gaz à effet de serre dans le transport aérien.

vanm-ecofriendly-made-in-belgium-brand-fashion-mode-design-ethical-responsable-credit-zeroavia-plane-avion-future.jpeg

D’après Safran, la seule solution viable serait de se pencher vers les biocarburants. Ceux-ci sont déjà utilisés par certaines compagnies aériennes comme Air France pour quelques vols commerciaux intérieurs. Dès lors, l’utilisation de biocarburants pourrait aider à réduire considérablement les émissions polluantes des avions par rapport à l’usage du kérosène actuel. Cependant, favoriser la production de ce combustible entraînerait l’augmentation des surfaces agricoles pour produire ce dernier et cela risquerait d’impacter autrement notre environnement, que ce soit en matière de déforestation ou autres.

C’est pour ces raisons que le tant attendu ciel plus vert ne sera pas visible dès demain. C’est un véritable changement de paradigme qui doit s’opérer dans le secteur. Et pour arriver à développer des avions qui n’émettent aucun gaz à effet de serre, beaucoup de pistes sont encore à envisager.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Close
Close
Sign in
Close
Cart (0)

Votre panier est vide. Votre panier est vide.



Currency
Language