Preloader
vanm-made-in-belgium-belgique-slow-fashion-ecofriendly-association-mode-fashion-support-centre-athenas-jura-france-credit-gilles-moyne-1

Un sanctuaire pour la biodiversité

Rencontre avec le Centre Athénas

Situé dans le Jura, le Centre Athénas a pour mission de préserver la biodiversité locale en agissant sur plusieurs piliers comme l’accueil, les soins et la réhabilitation des espèces dans le but de les relâcher en milieu naturel une fois rétabli.

vanm-made-in-belgium-belgique-slow-fashion-ecofriendly-association-mode-fashion-support-centre-athenas-jura-france-credit-gilles-moyne

Le nombre d’animaux sauvages recueillis au centre ne se comptent malheureusement pas sur les doigts de la main. Des lynx aux cigognes en passant par les batraciens sans oublier les faucons, ces espèces sont plus de 3500 à être accueillies chaque année pour leur prodiguer les soins nécessaires, mais aussi pour éduquer et sensibiliser les jeunes et les familles à la préservation de la faune et la flore locale.

vanm-made-in-belgium-belgique-slow-fashion-ecofriendly-association-mode-fashion-support-centre-athenas-jura-france-credit-gilles-moyne-2

Pour toutes ses valeurs partagées par Van M, la marque belge s’engage aux côtés du Centre Athénas.

Rencontre avec Gilles Moyne, passionné de la biodiversité !

  1. Pourquoi « Centre Athénas » ?

Au début, nous avions reçu une petite chouette Chevêche qui, à l’Antiquité, était l’attribut d’Athéna, déesse de la sagesse. Mais c’est aussi un acronyme pour : Assistance THErapeutique et Nourrissage des Animaux Sauvages.

vanm-made-in-belgium-belgique-slow-fashion-ecofriendly-association-mode-fashion-support-centre-athenas-jura-france-credit-gilles-moyne-5

2. Comment se passe une journée type au centre ?

Chaque jour est différent, mais dans les grandes lignes, la journée commence à 8h30 avec le nourrissage des jeunes animaux placés dans des nids artificiels. Puis, nous travaillons sur l’émancipation des rapaces, des cigognes sans oublier les soins quotidiens. Mais il y a aussi les rendez-vous récurrents pour certaines espèces comme le martinet que nous devons nourrir 5 à 6 fois par jour. Tout tourne autour du rythme des animaux.

Les accueils du jour oscillent entre 20 et 70 espèces et il n’y a pas d’heure pour finir grâce à des gardes qui roulent entre les 3 salariés et 5 personnes bénévoles.

  1. Pensez-vous ouvrir un autre centre en France ou même dans un autre pays Européen ?

Au quotidien, nous sommes très occupés avec la survie de ce centre financièrement parlant, sans oublier le nombre d’animaux recueillis tous les jours.

Nous travaillons également à la remise à niveau du centre pour un agrandissement avec une capacité que nous avons doublé ces dernières années. A savoir qu’en 2021, nous avons accueilli 25% d’animaux supplémentaires par rapport à l’année dernière.

vanm-made-in-belgium-belgique-slow-fashion-ecofriendly-association-mode-fashion-support-centre-athenas-jura-france-credit-gilles-moyne-4

  1. Nous évoquons énormément les changements d’habitudes chez l’Homme, mais est-ce que la pandémie a modifié le comportement de certaines espèces ?

Nous avons remarqué au cours du premier confinement, une reprise de possession des espaces dans lesquels les espèces étaient absentes pendant la journée. Mais les autres confinements, moins restrictifs n’ont pas fait changer les choses. De plus, l’effet couvre-feu provoquait une augmentation des collisions à certaines périodes de l’année, car les gens se dépêchaient de regagner leur maison à l’heure crépusculaire.

  1. Comment une espèce comme le lynx peut disparaître puis revenir petit à petit en France ?

Elle est revenue suite à la réintroduction de l’espèce en Suisse dans les années 70. Il a ensuite colonisé le massif côté suisse et français et revient petit à petit. Mais nous constatons une stagnation avec des causes de la surmortalité : collisions et braconnage. Leur territoire est vaste et avec de grands déplacements, le lynx est exposé aux collisions.

  1. Que poussent certaines personnes à chasser ces espèces vivantes dans un espace naturel ?

Tout simplement l’envie de le détruire. Il n’est pas accepté par la « concurrence », car il mange les chevreuils et autres gibiers. Ils sont alors abandonnés sur place ou cachés dans la forêt.

vanm-made-in-belgium-belgique-slow-fashion-ecofriendly-association-mode-fashion-support-centre-athenas-jura-france-credit-gilles-moyne-3

  1. Comment éviter les accidents avec un animal sauvage ?

Il faut veiller à rester vigilant, avoir conscience du fait que la faune ne traverse pas la route, mais nous, nous traversons leur territoire.

N’oublions pas la sécurité routière en limitant sa vitesse lorsque nous traversons des milieux forestiers.

  1. Comment réagir si nous nous retrouvons face à un animal en détresse ?

S’il n’est pas dangereux, vous pouvez le pousser sur le bas-côté pour éviter un second accident ou qu’il ne se fasse manger par d’autres animaux. Il faut ensuite, si possible, le placer dans une caisse ou un carton au calme pour garantir sa sécurité, en prenant garde de le manipuler avec des gants ou en le couvrant d’une serviette.

Cependant, s’il est plus dangereux, vous pouvez appeler les services de police pour organiser la circulation en attendant l’arrivée d’une structure habilitée.

vanm-made-in-belgium-belgique-slow-fashion-ecofriendly-association-mode-fashion-support-centre-athenas-jura-france-credit-gilles-moyne-6

  1. Comment, à une échelle personnelle, pouvons-nous préserver la biodiversité ?

Il y a plusieurs points possibles comme ralentir sa vitesse en forêt, changer sa façon de considérer les choses, son mode de consommation, car la nature n’est pas une ressource inépuisable et n’est pas un terrain de jeu. Il faudrait faire moins et mieux.

Mais également surveiller le tourisme intrusif et opérer un changement de paradigme sur notre façon de voir notre place dans la nature. Nous sommes une composante de cette dernière.

  1. En cette veille des vacances scolaires, avez-vous un message à passer aux familles, enfants, conducteurs ?

En période de printemps-été, de nombreux animaux peuvent être observés, mais ils ne sont pas toujours en attente d’aide. Il faut se renseigner et appeler un centre tel que le nôtre afin d’avoir les bons gestes et ne pas oublier de se tenir à distance.

Chez vous, vous pouvez également ne pas tondre trop souvent dans le but de créer des zones sauvages et former ainsi un îlot de biodiversité.

La nature a une résilience incroyable et si elle a le loisir de s’exprimer sur des espaces sur lesquels nous n’intervenons pas, elle peut vous réserver des surprises.

vanm-made-in-belgium-belgique-slow-fashion-ecofriendly-association-mode-fashion-support-centre-athenas-jura-france-credit-gilles-moyne-7

Crédits photos : Gilles Moyne / Centre Athénas

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Close
Close
Sign in
Close
Cart (0)

Votre panier est vide. Votre panier est vide.



Currency
Language